Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada - Treasury Board of Canada Secretariat
Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels




Profils

David BoudreauReid MulliganProfil : David Boudreau et Reid Mulligan

Entre vaccins et jeux de société : le quotidien des examinateurs de brevets

David Boudreau et Reid Mulligan se passionnent pour leur emploi. Les deux sont examinateurs de brevets à ce centre d'échanges consacré aux innovations canadiennes que représente l'Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC). Ils y examinent et évaluent, pour finalement ensuite les protéger, les idées avant-gardistes émanant des meilleurs et des plus brillants Canadiens.

La spécialisation de David consiste à passer en revue les nouvelles techniques de dépistage de maladies, tandis que Reid touche à deux domaines d'expertise, soit les innovations électriques et la conceptualisation de jeux.

« Je me plonge dans de fascinantes propositions de nouveaux brevets touchant aux secteurs de la médecine et de l'immunologie qui ont le pouvoir de changer, dans un grand nombre de cas, de sauver la vie de Canadiens, affirme David. Il peut s'agir de demandes concernant des vaccins servant à traiter ou à prévenir des maladies. Les produits immunologiques peuvent toucher à tout, des tests de grossesse jusqu'aux antigènes ou anticorps pour traiter le cancer du cerveau ou le cancer du sein. »

Le travail de Reid est susceptible d'être beaucoup plus léger. « J'adore vraiment mon travail, dit-il. Ce n'est jamais routinier et peut être très amusant. Une journée, je peux considérer une idée inédite pour un billet de loterie, alors que le lendemain, c'est un concept pour une table de jeu de casino ou encore un jeu de société qu'une certaine famille a inventé. »

Récompenser les efforts des innovateurs

« L'OPIC est souvent la seconde
étape obligée de la chaîne
de créativité qui bâtit l'économie
du savoir au Canada. »

L'OPIC a la gargantuesque tâche de protéger les idées originales provenant de partout au Canada. C'est ce qui fait dire à David que son travail est si intéressant. Il a le privilège d'être témoin d'une quantité de nouveaux concepts qui affluent vers son bureau.

« Notre vision à l'OPIC est d'encourager et de protéger l'innovation afin que les créateurs puissent être récompensés pour leurs efforts. En retour, cette approche permet de bâtir une économie innovatrice axée sur le savoir tout en aidant à la prospérité du pays. Les gens avec lesquels je collabore et l'information extraordinaire qui passe par nos bureaux quotidiennement rendent mon travail unique. »

Bien que les deux hommes n'aient pas la même spécialisation, les procédures qu'ils suivent dans l'exercice de leurs fonctions sont sensiblement les mêmes.

« Peu importe la demande, ce sont toujours les mêmes normes relatives à l'octroi d'un brevet qui s'appliquent. Chaque proposition est jugée pour sa nouveauté, son utilité et son ingéniosité, explique Reid. L'innovation prend toujours naissance dans la tête d'une personne. En fait, l'OPIC est souvent la seconde étape obligée de la chaîne de créativité qui bâtit l'économie du savoir au Canada. »

De la foire scientifique au Bureau des brevets

Si David a étudié la chimie et la biochimie, il avoue avoir été attiré très tôt par la profession d'examinateur de brevets.

« Étrangement, peut-être, j'ai toujours voulu être examinateur de brevets, et ce, depuis l'école secondaire. J'ai découvert le Bureau des brevets grâce à un projet pour une foire scientifique. J'ai écrit aux fabricants Salomon et Rossignol concernant les polymères employés dans la fabrication de leurs skis. Ceux-ci m'ont alors dit de consulter le Bureau des brevets. Étant donné que son emplacement était dans ma ville natale, mon professeur de sciences m'y a conduit et nous avons passé une journée entière à rencontrer des gens et à apprendre des choses au sujet des brevets. J'étais captivé et je savais déjà que c'était un endroit où j'aimerais travailler un jour. »

De son côté, Reid est diplômé en génie électrique. Sa formation lui donne une perspective particulière sur les demandes pour brevets électriques qu'il a à examiner. « Ces demandes contiennent tous les éléments techniques que nous devons considérer. Ma formation en génie électrique me permet de comprendre ce que les gens essaient d'inventer », explique-t-il.

Reid est aussi enthousiaste que David concernant le travail qu'il effectue.

« L'OPIC est un magnifique endroit où travailler. Ça exige une préparation particulière pour devenir examinateur de brevets, mais le programme de formation y est excellent. Maintenant, j'ai un emploi intéressant, bien payé, avec des collègues formidables. Je recommande à tout le monde une carrière à l'OPIC ou au sein de la fonction
publique. »

Un milieu de travail à accès facile

Bien que Reid soit atteint de paralysie motrice cérébrale et donc habitué à devoir surmonter les difficultés causées par son handicap, il considère l'OPIC comme un milieu de travail habilitant, puisqu'il est facile d'accès et parfaitement adapté à ses besoins.

« Je n'ai jamais de problèmes à me procurer l'équipement nécessaire, dit-il, surtout lorsqu'il s'agit d'obtenir un appareil avec des composantes ergonomiques adaptées. L'OPIC m'a également aidé à obtenir une place de stationnement intérieure, directement dans l'immeuble. Ainsi, je n'ai plus à m'inquiéter de chuter l'hiver sur la glace. »


  • Suivant : Dr. Steve MacLean participe à la création de coalitions entre les membres de la communauté spatiale canadienne et ceux des communautés spatiales des autres pays.
  • Voir tous les profils